les situations

visiteurs ...

login



newsletter

Souscris notre Newsletter. Nous allons t'aviser à chacque nouveau pièce du puzzle des familles et on te promet de ne pas ... te SPAMmer !


Nom:

Email:

maintenant en ligne ...

French (Fr)Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)
Path: Home Saridaki La maison d'Istanbul
La maison d'Istanbul
saridaki
Écrit par nadia   

Elle se situait dans le quartier d'Osmanbey, à un angle de Zafer caddesi. Alphonse Saridaki et sa femme Emilie, née Rossi, y ont vécu avec leur dernière fille durant une quinzaine d'années. C'était évidemment le point de rassemblement pour les autres enfants du couple : leur fille ainée est mariée et vit successivement à Césarée (Kayseri), à Ordu, puis à Ankara, suivant son mari dans ses mutations professionnelles. Leurs deux fils étudient à Paris.

A Istanbul vivent également les parents d'Emilie venus de Salonique pour y passer leur retraite, mais aussi 2 de ses sœurs dont les maris se sont établis là.

Alphonse était en fin de carrière quand il fut nommé directeur de la Banque Ottomane à Galata jusqu'en 1938 où il fit valoir ses droits à la retraite.

Arrivant de Konya, son poste précédent, il s'installa d'abord sur la rive asiatique d'Istanbul, loin à l'époque de toutes commodités. Lasse des traversées incessantes du Bosphore, mais surtout isolée de la famille et des  Levantins qu'elle fréquentait, la famille trouva à louer cette jolie maison en bois entourée d'un grand jardin où couraient des poules en liberté et quelques lapins.

Ma mère, qui y passa sa petite enfance, se souvenait d' un petit portail au fond du jardin qui donnait sur la terrasse ombragée d'un café turc où son grand-père allait régulièrement jouer aux cartes. La petite fille qu'elle était s'amusait sous les tables et collectionnait les sous bock que les habitués lui donnaient.

Comme toutes les maisons qu'on a longuement investies, celle-ci a été le témoin de beaucoup de bonheurs et malheurs familiaux. Elle reste surtout le dernier domicile en Turquie, la saga d'Alphonse et Emilie s'étant poursuivie en France à la veille de la 2ème guerre mondiale. Ce couple gréco italien avait été naturalisé français dans les années 20.

La maison n'existe plus aujourd'hui. Elle a été remplacée par une barre d'immeubles.