French (Fr)Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)
Path: Home Gliubich Oh les filles, oh les filles…
Oh les filles, oh les filles…
Written by sylvie   

article en construction

 

Il a été déterminé que le couple Pietro/Canella se marie aux alentours de 1811.

Pierre amasse les filles
En février 1816, le Consul indique que Pierre a déjà 2 enfants. Les états du Consulat lui en donnent 3 en 1818 et 5 de 1823 à 1828.
De précédentes recherches effectuées par un généalogiste ami de la famille nous révélaient l’existence de 5 filles, supposant qu’une voire deux autres filles auraient pu naître dans cette cellule familiale.   
Adélaïde Sabine 1815-1818
Puis Henriette Sabine 1818-
Puis Epiphania  1820
Puis Caroline 1822-1822
Et Sophie  Caroline 1823

Nous avons découvert  un acte où la maman est une Elisa, née Gliubich. 
alt                                
Serait-elle donc LA Fille Ainée ? Nous n’avons retrouvé aucun autre indice de son existence.

L’enlèvement d’une Sabine 
Deux filles portent ce prénom, Adélaïde et Henriette. Or l’une des deux décède en 1818. La date de décès est le 24 janvier.
Pour effectuer notre choix, les dates ne nous aident guère.
La première née en 1815 est baptisée le 17 janvier 1818
La seconde née le 13 janvier 1818 est baptisée le 16 janvier 1818
Il est surprenant de constater que l’on baptise deux enfants de la même famille à un jour d’intervalle, la cadette avant son ainée, alors que l’on ne s’était pas pressé à la présenter au prêtre.
On peut donc penser que l’urgence de  l’état de la nouvelle née a fait réfléchir les parents, et ils peuvent donc avoir baptisé une enfant qui décèdera quelques jours après.   

Nous relevons les traces de la Sabine qui survit à travers de rares actes.

         Le baptême de Charles Henri Vianello le 08/05/1849.

Il  semble n’exister aucune parenté entre elle et les Vianello à cette époque.

Elle n’est pas marraine mais simplement présente.

Elle signe Sabine Gliubich

         Le baptême de son fils François Astolfi 17/09/1854

 

 

Elle est notée Sabine Adèle.

 

 

 


Elle est présente au baptème et elle signe Sabine. La graphie du prénom ressemble à celle de l’acte précité.
On peut donc penser que c’est Adélaïde Henriette qui a survécu. 

 

  Le baptême de son petit-fils Michael Astolfi 18/10/1886

         Le baptême de Marie Edmée Sabina 08/06/1892

Nous sommes ici face à deux actes qui présentent une anomalie. Les signatures des deux actes ont été inversées.
Or dans le premier, dont nous ne pouvons connaitre le nom de la baptisée, Sabine est marraine, mais représentée par Catherine Pêche, vraisemblablement parente de sa belle-fille.
Il faut dire que Sabine est approximativement âgée de 74 ans, voire de 77 ans.

Le second acte, celui de Nicolas Vianello concerne aussi notre famille, mais n’a rien à faire ici.


Les Caroline

Ici, nous nous trouvons face à une situation similaire, avec deux enfants qui portent le même prénom.

La première Caroline, née en 1822, décède peu après, la même année.
La suivante porte le nom de Sophie Caroline. Née en 1823 elle interviendra dans de nombreux actes de la famille. Il n’est nulle part fait mention de son prénom Sophie. Dans les actes que nous avons relevés, seul le prénom Caroline est utilisé.

- En 1852, à l’age de 29 ans, elle est marraine de Marie Rose Saridaki, dont elle est la tante.
- En 1881, à l’age de 58 ans elle est marraine de Maria Clothilda Saridaki, dont elle est la grand-tante.

C’est le seul acte qui présente une signature.

- En 1886, à l’age de 63 ans, elle est marraine de Maria Theresia Carolina Saridaki, dont elle est la grand-tante.

D’après les indications portées dans les actes, nous pouvons conclure qu’elle n’a pas été mariée. Elle décède le 4 mars 1906, à l’age de 83 ans et elle est inhumée dans le Cimetière Saint Vincent de Paul.

Nous n’avons pas retrouvé de sépulture à son nom. Il est cependant fort vraisemblable qu’elle se repose désormais dans le caveau familial de la famille Saridaki Gliubich.

Et puis Fanny…
Epiphania est notre héroïne à nous. Une pleine page lui sera consacrée ultérieurement


Le nom Gliubich s’éteint donc avec Pierre. Mais la vie est là. 

De toutes ces filles, il est né des petits Terenzio et des petits Astolfi. Vous en êtes peut être ? Contactez nous pour nous donner des nouvelles de nos ancêtres