les situations

visiteurs ...

login



newsletter

Souscris notre Newsletter. Nous allons t'aviser à chacque nouveau pièce du puzzle des familles et on te promet de ne pas ... te SPAMmer !


Nom:

Email:

maintenant en ligne ...

French (Fr)Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)
Path: Home Fesch les origines
les origines
Écrit par alberto   

the Fesch armsFamille d'artisans, probablement originaire de Brisgovia (Breisgau). Les 1ères chroniques familiales font état de Hugo Väsch, vivant à Freiburg en 1388, suivi par son fils Heintzman, tailleur de pierres, qui migre à Bâle en 1404 et obtient la nationalité Suisse. 90 ans plus tard, en 1494, les Fesch commencent à faire partie du Conseil de la Ville.

Au début, ils étaient constructeurs, orfèvres et négociants. A partir du 17è siècle, les Fesch sont aussi représentés dans les commerces relatifs aux métaux et aux vins. Ils purent accéder à l'élite de la ville grâce à un mariage politique qui les y a installés pour longtemps.

Jusqu'au bout de l'Ancien Régime, chacune et toutes les générations de Fesch ont été présentes dans les institutions de la ville. De plus, à partir du 16è siècle, au moins un membre de la famille comme Rémigius et Johann Rudolf prirent place au sommet de la classe politique de Basel. Johann Rudolf (1510-1564) en 1530 refusa la communion et ce, jusqu'à ce que la famille rejoigne la Réforme, à l'exception de Franz Joseph (1763-1839) qui vivait en France, cardinal et oncle de Napoléon Bonaparte.

A partir de la 2ème moitié du 16è siècle la famille compta des hauts officiers de l'armée comme Johann Rudolf, des juristes comme Rémigius et Sébastien, et des agronomes comme Andréas. En 1572 la famille comporte environ 22 membres, en 1659 ils sont 132. 2 branches principales de la famille sont toujours présentes de nos jours. La lignée de Rémigius et celle du baillif Jeremias (1554-1632) Au 17è siècle, beaucoup de Fesch émigrent par delà les océans. Aux 19è et 20è siècles, la famille comporte des théologiens, des juristes, des médecins, mais aussi des ingénieurs comme Jules, des architectes comme Emil, et des brasseurs (jusqu'en 1925).

En 1659 la famille Fesch, avec un capital de 242 000 florints, était la plus riche famille de Basel. Rémigius comme fideicommissum, réunit une importante collection d'art, aujourd'hui conservée dans différents musées et dans la bibliothèque universitaire de Basel. La fondation familiale créée au 16è siècle existe encore de nos jours. Une branche de la famille, au début du 19è siècle, quitta Bâle pour s'établir à Lahr (Baden) et ultérieurement à Trieste en la personne de Gustav Adolf.

Ces Fesch, installés à Trieste pour le siècle entier, étaient négociants et ingénieurs navals. La lignée familiale touche à sa fin avec ma mère Annamaria, la dernière triestine, à qui cette recherche est dédiée.

Alberto, 2007