les situations

visiteurs ...

login



newsletter

Souscris notre Newsletter. Nous allons t'aviser à chacque nouveau pièce du puzzle des familles et on te promet de ne pas ... te SPAMmer !


Nom:

Email:

maintenant en ligne ...

French (Fr)Italian - ItalyEnglish (United Kingdom)
Path: Home Salonique
Salonique

SaloniqueThessalonique (en grec moderne et ancien Θεσσαλονίκη, en ladino סלוניקה, en turc Selânik et Sólun pour les Bulgares ou Salonique parfois en français) est la deuxième ville de Grèce (820 000 habitants en 2001), chef-lieu du nome du même nom, située au fond du golfe Thermaïque et de la périphérie (région) de Macédoine centrale.

Elle est fondée par un synœcisme organisé par Cassandre de Macédoine en 315 av. J.-C., qui la baptise en l'honneur de sa femme, Thessalonikè, fille de Philippe II de Macédoine. Grâce à sa localisation au croisement d'axes de communication, Thessalonique devient donc rapidement un centre commercial important. Son développement continue cependant la domination romaine, après la capture et le sac de la ville après la défaite de Persée de Macédoine à Pydna. Thessalonique profite de la création de la via Egnatia, la grande route transbalkanique méridionale. Une communauté cosmopolite de marchands s’y installe, faite de Juifs, d’Italiens et de Romains.

L'empereur Galère choisit d'y élire domicile et y construit un palais et de nombreux édifices publics. Dans sa lutte contre la chrétienté, il fait de saint Dimitri un martyr qui est devenu le saint patron et protecteur de la ville. Par l’édit de Thessalonique (28 février 380), l'empereur Théodose Ier déclare obligatoire la foi en la divinité du Père, du Fils et du Saint Esprit et proscrit l'arianisme. Pendant les premiers siècles de l'empire byzantin la ville, capitale d'un thème, connaît un essor économique constant. Sa foire, les Demetria qui se tiennent en octobre, est une des plus importantes des Balkans. La ville s'enrichit de nombreux monuments et d'imposantes églises. À partir de la fin du VIe siècle Thessalonique subit plusieurs attaques. Elle est prise par les Sarrasins en 904 puis par les Normands en 1185. Suite à la quatrième croisade, Boniface Ier de Montferrat fonde le Royaume de Thessalonique (1204), un État latin que les Paléologue reconquièrent en 1246. La fin du XIVe siècle et le début du XVe siècle voient une lutte entre Grecs et Ottomans pour la possession de la ville. La ville est assiégée à plusieurs reprises. Après avoir été protégée par Venise de 1423 à 1430, elle alors définitivement prise par les Ottomans de Murad II.

En 1492, suite à l'expulsion des Juifs d'Espagne, Salonique qui n'avait jusqu'alors abrité qu'une petite communauté juive devient le centre mondial du judaïsme séfarade au point d'être surnommée la « Jérusalem des Balkans » et la « madre de Israël ». Au début du XVe siècle, on compte 4 855 feux : 2 645 feux juifs, 1 229 feux musulmans et 981 feux chrétiens. Au XVIIIe siècle, Salonique reste le débouché naturel des Balkans : toutes les productions de la région transitent par son port. Le commerce de la ville est alors passé pratiquement intégralement dans les mains des Occidentaux qui ont commencé à s'y installer à la fin du XVIIe siècle. On peut voir là un des premiers signes du déclin de l'empire turc.

Salonique au début du XXe siècle est une ville multiethnique : elle compte autour de 120 000 habitants, dont 80 000 Juifs, 15 000 Turcs et 15 000 Grecs, 5 000 Bulgares et 5 000 Occidentaux. Elle est une des quatre plus grandes villes de l'Empire ottoman. Elle en est une des villes les plus modernes et un des plus grands ports. Salonique est aussi devenue un important centre de bouillonnement politique. Ainsi, le Comité ottoman de la Liberté, qui joue un rôle important dans la direction du mouvement des Jeunes-Turcs voit le jour à Thessalonique en août 1906. Durant la première guerre balkanique, un des objectifs de la Grèce, dans le cadre de la Grande Idée est Thessalonique. Elle est conquise en novembre 1912. De nombreux Turcs quittent la ville. Les églises byzantines, transformés en mosquées par les Ottomans, redeviennent des lieux de cultes chrétiens.

Au début de la Première Guerre mondiale, la Grèce, pays neutre, traverse une grave crise politique entre partisans de la Triple-Entente et partisans de la Triplice. Une partie des troupes évacuées des Dardanelles à l'automne 1915 est envoyée au secours de la Serbie et s'installe à Thessalonique, qui constitue une base logique pour réaliser leur objectif. Vénizélos, le Premier ministre favorable à l'Entente les y autorise. En 1916, un total de 400 000 soldats français, britanniques et serbes sont présents dans la ville. La présence alliée dans la ville joue un rôle politique décisif : chassé du poste de Premier ministre, Vénizélos quitte Athènes et rejoint Thessalonique le 26 septembre 1916. Un « Gouvernement de défense nationale » est organisé. Thessalonique devient alors capitale d'une région en révolte. Après l'abdication du roi en juin 1917, Vénizélos retourne à Athènes et Thessalonique perd son statut de capitale de la Grèce.

En août 1917, tout le centre de la ville est ravagé par un incendie catastrophique. 9 500 bâtiments sont détruits, laissant 70 000 personnes sans abri. La reconstruction de la ville permet une complète restructuration de son plan et de son organisation spatiale.

C'est à Thessalonique que les Allemands ont installé leur quartier général lors de leur occupation de la Grèce durant la Seconde Guerre mondiale. Les Juifs de Salonique sont la principale communauté sépharade touchée par la shoah, on estime que 98% de la communauté a été exterminée.

Après la Seconde Guerre mondiale et le début de la guerre froide, la ville connaît des difficultés. Le rideau de fer la coupe de son hinterland commercial : toutes les routes commerciales qui avaient fait sa fortune sont interrompues. Dans les années 1950, la ville connaît une nouvelle transformation urbanistique, principalement dans la ville basse. La Foire Internationale de Thessalonique, héritière des foires de la Saint-Dimitri du Moyen Âge, recréée en 1926, est le plus grand centre d'exposition du pays faisant de Thessalonique avant tout un centre d'affaires et une grande foire internationale, plutôt qu'une destination touristique.

 

 

Visite la banque des images historiques de Salonique !

   Affichage # 
# Titre de l'article Auteur Clics
1 Le Cercle de Salonique Ioannis 2804
2 The massacre of consuls in SALONIKI (5 May 1876) Ioannis 3327
3 Le cimetière catholique romain St Vincent de Paul nadia 2743
4 L'Eglise catholique de l'Immaculée Conception nadia 2145
5 Les consuls nadia 5818
6 Commerce maritime nadia 2463